Retour  Retour
septembre 2015

Made

Made Le bio, le local et le home made sont-ils à la mode pour quelques années seulement, ou sont-ils les révélateurs d'une évolution plus profonde de la consommation mondiale ? Une chose est certaine : tout ce que nous consommons vient de quelque part. De la nature toujours, puis du travail de personnes physiques, plus ou moins payées et plus ou moins appliquées, selon leur niveau de formation et selon la reconnaissance que nous voulons bien leur accorder. La grande distribution aime-t-elle le produit qu'elle vend ? Au-delà de la question morale, c'est surtout une question de survie pour un modèle menacé à court terme par le retour du bon sens dans la consommation.

Dans une époque où tout s'accélère et où tout est sujet à like et à commentaire, peut-on encore sérieusement construire un business sans vision de long terme, sans convictions fortes et sans choix personnels assumés ? Peut-on encore construire une marque sans se soucier du produit que l'on vend et du client que l'on prétend servir ?

En 2013, après cinq premières années d'activité, nous avons arrêté de travailler pour la grande distribution, avec un double pressentiment. Premièrement en nous disant qu'un client ayant pour unique prisme de réflexion la baisse des coûts ne pourrait jamais nous rapporter d'argent. Deuxièmement parce que nous étions convaincus que l'absence de conscience du produit et du client était en passe de devenir une hérésie.

Nous avons pris le temps de confronter cette vision à la réalité du business, à notre petite échelle. Nous avons découvert des clients transparents sur leur stratégie, sur leurs sources de profit et sur l'essence de leur produit. Des clients obsédés par la qualité et par le service rendu à leur public.

Notre monde dépense aujourd'hui plus d'énergie à distribuer qu'à inventer ou à produire. Cette obsession de la distribution et de l'argent facile n'aurait elle pas cassé en profondeur nos capacités de réflexion et de questionnement ? Nous sommes convaincus que la connexion entre réflexion de fond et adaptation quotidienne aux évolutions de notre société est la clé de tout succès. Qu'Aristote et Instagram participent de la même logique. Et que cet équilibre est à la fois simple et délicat à trouver.

C'est pour mettre à plat ces quelques années de réflexion et d'échanges que nous publions en cette rentrée un petit livre, Made, qui est aussi un condensé de la nouvelle vision créative et stratégique de Be Seen.

Un petit livre dédié à vous tous, clients et partenaires, qui avez l'amour du produit et du service bien fait. Vous qui réfléchissez valeur ajoutée plutôt que prix abaissé. Vous qui ne tergiversez pas sur votre vision stratégique, et qui cherchez à aller toujours plus loin dans la réponse que vous apportez à vos clients. Vous qui êtes libres intellectuellement, et clairs avec vous mêmes moralement.

Une agence de communication doit-elle accepter de faire la promotion de tous les business et de tous les produits qui lui sont présentés ? Pas nécessairement : de la même manière que nous recommandons à nos clients de ne pas tout dire et à n'importe qui, nous assumons en cette rentrée le fait de ne faire la publicité que de marques fières de leur produit, attentives à leur public et sures de leur discours.

"Ça n'est pas parce que des millions de gens font une connerie que ça n'est pas une connerie" disait Jean Paul Belmondo dans L'as des as à propos de l'élection d'Hitler. Toutes proportions gardées, ça n'est pas parce que la distribution draine du monde et de l'argent qu'elle a de l'avenir.

A la lumière de cas concrets en automobile, en alimentation ou dans les services, nous posons avec Made la question de ce que le consommateur demande aujourd'hui et ne négociera plus demain. Un consommateur encore perçu comme faisant partie d'une masse passive par la distribution, alors qu'il est devenu individu et contributeur. Un consommateur lucide, renouant avec son passé et reprenant confiance en son avenir, devenu sur attentif, parfois sans s'en rendre compte, à la qualité intrinsèque de ce qui lui est proposé.

Demandez gratuitement votre exemplaire de Made sur made@beseen.fr

Vianney BOURGOIS

le 25.09.15 à 10:12
par christopher duburcq
Hi kids ! y a autant de bon sens que d'engagement dans ce que tu écris, Vianney. Plus facile pour moi vigneron que pour certains industriels de partager cette idée de passion du produit. En attendant notre prochaine rencontre je lirais avec plaisir le supplément inclus dans Made (in Lille)... Cheers, Topher

Laissez-nous
vos commentaires


Tous les champs sont obligatoires